L’effet de serre

L’effet de serre et les mécanismes du changement climatique

Quand la terre est chauffée par le soleil, elle restitue une partie des rayons qu’elle reçoit. Une autre partie des rayons retransmis par la terre sous forme de rayonnement infrarouge est retenue par les gaz à effet de serre (dioxyde de carbone, méthane, etc.) et renvoyée vers la Terre. Ces rayons infrarouges contribuent à réchauffer la Terre, ce qui est normal.

Le climat varie naturellement depuis la formation de la Terre. Ce qui est différent aujourd’hui est la vitesse de ce changement. Par son activité, l’Homme a déréglé ce mécanisme naturel en produisant davantage de gaz à effet de serre. La combustion de pétrole et de gaz, la déforestation, l’agriculture intensive, etc. sont les effets directs de la révolution industrielle. Les gaz s’accumulent dans l’atmosphère à un niveau bien supérieur au niveau naturel. Les gaz concernés sont principalement le dioxyde de carbone (il est présent en quantité 1,5 fois plus importante qu’au XIXe siècle) et le méthane.

L’augmentation des gaz à effet de serre entraîne :

  • Une montée des températures : la température terrestre a déjà augmenté de 0,8°C depuis la fin du XIXe siècle et les épisodes caniculaires sont plus fréquents et touchent plus de territoires qu’auparavant. Si la concentration de CO2 double d’ici 2100, la température de la Terre aura alors augmenté de 1,5 à 4,5°C.
  • L’élévation des océans : au fur et à mesure que les glaciers d’altitude et les calottes polaires fondent et reculent, le niveau des océans augmente d’environ 3,3 mm par an, et cette augmentation du niveau des océans va s’accroître. Dans le pire des scénarios, le niveau de la mer pourrait s’être élevé d’un mètre en 2100. Des territoires entiers sont amenés à disparaître comme les Kiribati ou encore les Maldives.
  • L’augmentation des précipitations dans l’hémisphère nord et des sécheresses dans l’hémisphère sud et les régions déjà sujettes à des sécheresses. Les sécheresses seront plus longues et plus fréquentes, et le débit des fleuves sera réduit : la biodiversité sera frappée de plein fouet et l’Homme aura du mal à refroidir les centrales thermiques et nucléaires, ce qui pourra entraîner une baisse importante de la production d’électricité.
  • L’acidification des océans : le CO2 excédentaire se dissout dans les eaux de surface et les rend plus acides. La rapidité du phénomène empêche les scientifiques de pouvoir prédire ses effets sur les organismes vivants : certains coquillages et planctons, bases de la chaîne alimentaire, pourraient ne pas arriver à s’adapter, et leur disparition pourrait avoir un impact sur l’ensemble de la chaîne alimentaire, y compris sur l’Homme.

En matière de changement climatique, il existe de fortes disparités régionales, mais la tendance est au réchauffement comme le montre la carte ci-dessous. La NASA et la NOAA ont conclu après études que 2016 a été l’année la plus chaude sur la planète depuis le début des relevés de températures en 1880.

source: Serge Planton Meteofrance, extrait du rapport du GIEC 2015

Et le phénomène El Niño ?

On ne parle pas de changement climatique sans parler d’El Niño. En effet, El Niño est un phénomène océanique et atmosphérique qui affecte le climat mondial – tempêtes tropicales, pluviométrie - et dont l’effet peut s’ajouter aux effets du changement climatique. En revanche, il n’y a pas actuellement de consensus sur la question de l’impact du changement climatique sur ce phénomène. Ce phénomène naturel cyclique, qui revient tous les trois à sept ans, réchauffe fortement les eaux du Pacifique équatorial, le long des côtes de l’Equateur et du Pérou, et inverse les alizés du Pacifique. Il entraîne d’importants bouleversements météorologiques à l’échelle mondiale.

Mais El Niño n’explique pas tout. Le précédent record de chaleur de 2014, année exempte d’El Niño, en est la preuve.

Dernières actualités

And the winner is ... ?

Demain, mardi 17 juillet 2018, le jury de recrutement recevra en entretien plusieurs candidats au poste de chargé de mission Ecologue / Itinéraires Sylvicoles.

La dernière avant la rentrée ! conférence jeudi 12 juillet à Labruguière

La dernière avant la rentrée ! conférence jeudi 12 juillet à Labruguière

Jeudi prochain à 18h - salle du Rond-Point à Labruguière, la conférence sera consacrée à l'anticipation des crises climatiques et comment le territoire s'organise.

Recherche

Newsletter