Les arbres face au changement climatique

Les conséquences du changement climatique sur les forêts

Le changement climatique modifie le fonctionnement des arbres et de la forêt. Certains effets peuvent être bénéfiques mais la plupart sont néfastes, et le resteront en absence d’adaptation.

Ce sont les extrêmes climatiques qui joueront un rôle décisif à l’avenir, car les organismes vivants s’adaptent difficilement aux changements soudains.

L’enjeu est donc de savoir si les forêts vont pouvoir s’adapter ou si elles vont dépérir, dans les 50 à 100 années à venir. Par ailleurs, la déforestation et la dégradation des forêts sont responsables de 11 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre.

Un aspect potentiellement positif du changement climatique est la croissance plus rapide de certaines essences d’arbres. Ceci est dû à une hausse de la concentration en dioxyde de carbone de l’atmosphère depuis le XXe siècle, qui stimule l’activité photosynthétique des arbres. L’augmentation des températures permet d’allonger la période pendant laquelle les arbres poussent, mais multiplie d’autant leurs besoins en eau.

D’ici 2100, on estime que les forêts pourraient être moins productives dans la moitié sud et sur la façade ouest de la France, en raison du cycle saisonnier des précipitations.

A l’aide des scénarios les plus récents du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), les climatologues prédisent des impacts négatifs pour les forêts de feuillus et de conifères sur tout le territoire français. On estime que le chêne vert connaîtra une grande expansion due aux hausses de températures et pourrait même remonter jusqu’à la Loire d’ici 2100, alors qu’il s’agit aujourd’hui d’une essence typiquement méditerranéenne. En revanche, le hêtre pourrait fortement diminuer en raison de sa sensibilité au manque d’eau.

Les contraintes principales pour le développement des arbres sont les sécheresses du sol et de l’air. Une étude internationale ([1]) a conclu que la plupart des arbres sont en danger de dépérissement à cause de la défaillance hydraulique, que ce soit en région aride ou humide. Ce sont surtout les arbres situés en limite d’aire de répartition de l’espèce qui pourraient être affectés dans un futur proche.

Source: PNRHL-G.Martin Horcajo

En Occitanie, suite à la sécheresse de 2003, d’importants dépérissements en été observés dans les plantations de résineux. Ils ont entraîné de fortes mortalités dans le Tarn, et le phénomène s’est poursuivi les années suivantes, principalement sur les peuplements d’épicéas.

Les forêts sont encore sous le choc des sécheresses de 2003 et 2006, qui les ont rendues encore plus vulnérables et ont entraîné une perte de croissance, une dégradation de leur état de santé, une plus grande sensibilité aux bio-agresseurs et surtout des taux de mortalité anormaux.

Des scientifiques de l’INRA ont démontré que les forêts sont plus sensibles à la récurrence des sécheresses plutôt qu’à leur intensité. Cette fragilité dépend de l’espèce d’arbre, de son lieu d’origine, de sa croissance mais aussi de son âge.

L’expansion des chenilles processionnaires du pin vers le nord et en altitude est représentative de la propagation des bio-agresseurs forestiers à cause du réchauffement climatique. Le scénario le plus optimiste indique une colonisation atteignant Paris dès 2025.

Les arbres forestiers disposent d’une diversité génétique supérieure à celle des êtres humains, ce qui constitue une excellente assurance pour s’adapter aux changements environnementaux pendant leur longue vie. Des recherches dans ce sens permettront d’indiquer quelles espèces et quelles provenances introduire plutôt que d’autres, mais aussi de donner des conseils en matière de bonnes pratiques à mettre en place. L’introduction de feuillus au milieu de conifères peut, par exemple, avoir un effet protecteur contre des insectes prédateurs des arbres.

Le rôle de la forêt vis-à-vis du changement climatique

La forêt constitue un véritable puits de carbone puisqu’elle permet le stockage du CO2 atmosphérique. Chaque année, elle absorbe entre 10 et 15 % des émissions de carbone à l’échelle mondiale.

Ainsi, la déforestation et la dégradation des forêts sont responsables de 11% des émissions mondiales de gaz à effet de serre.

Les arbres peuvent atténuer les effets du changement climatique en jouant un rôle à plusieurs niveaux : 1 m3 de bois de chêne stocke une tonne de CO2. La forêt joue un rôle primordial dans l’atténuation et la lutte contre le changement climatique, c’est ce que l’on appelle les « 3S » :

  • Séquestration : les arbres captent le CO2 de l’atmosphère grâce à la photosynthèse et le séquestrent sous forme de carbone dans le bois et dans le sol ;
  • Stockage : les produits issus de la forêt séquestrent le carbone durant toute leur durée de vie, ce qui prolonge le stockage du carbone, surtout lorsque l’on utilise des produits à longue durée de vie tels que le bois dans la construction ;
  • Substitution : les produits bois peuvent se substituer à d’autres matériaux plus énergivores dans la construction (substitution matériau) ou à des combustibles non renouvelables qui émettent des gaz à effet de serre (substitution énergétique).

La filière forêt-bois a un rôle important à jouer dans le domaine du climat, et il est important d’informer, et d’utiliser les produits en cascade : de la coupe au recyclage en passant par l’utilisation pour la construction par exemple.

La solution sur le long terme serait donc en partie d’accroître la superficie de terres boisées, mais surtout de gérer durablement les forêts en minimisant les risques de destruction suite à des incendies ou des tempêtes par exemple. On évitera alors que les forêts ne deviennent des sources de gaz à effet de serre en préservant les stocks constitués.

Source: Journée internationale des forêts


([1]) Global convergence in the vulnerability of forests to drought, Nature 491(7426):752-5, 21 nov. 2012, doi: 10.1038/nature11688

Formulaire de contact

Dernières actualités

Concours photo : la première candidature est arrivée !

Ne soyez pas timide : participez !

Participez au concours photo FORECCAsT

Participez au concours photo FORECCAsT

Le règlement du concours est en ligne ICI.

Recherche

Newsletter