C2-C3-D1 : Tester de nouveaux modes de gestion sylvicoles

L’adaptation des forêts aux changements climatiques est aujourd’hui un thème fortement étudié par la communauté scientifique. Cependant les résultats démontrés scientifiquement doivent également être testés à l’échelle locale. Pour cela, le projet FORECCAsT accompagne la mise en place d’une vingtaine d’essais sylvicoles répartis sur le territoire du Parc naturel régional du Haut Languedoc.

Ces essais concernent à la fois des plantations et des peuplements forestiers déjà existants. Concernant les plantations, deux modalités vont être testées au sein du projet : l’introduction de nouvelles essences forestières et le mélange d’essences. Pour les peuplements déjà existants, de nouveaux itinéraires sylvicoles vont être testés afin de conduire à des peuplements plus économes en eau et de favoriser les individus résistants et résilients.


Les arboretums

Afin de mieux connaître les essences forestières qui pourraient être introduites sur le territoire, trois arboretums vont être plantés. L’objectif de ces essais est de tester des unités génétiques (provenance x essence) a priori adaptées aux changements climatiques, en particulier au déficit hydrique et à la sécheresse estivale.

Plantation de l'arboretum de Taussac-la-Billière (Juliane Casquet - Pnr HL)

La localisation de ces arboretums a été réfléchie selon un gradient climatique. En effet, les trois dispositifs seront implantés respectivement sur le plateau de Lacaune (Senaux, 81), dans le secteur de la Montagne noire (Mazamet, 81) et en zone méditerranéenne (Taussac-la-Billière, 34). Sur les trois dispositifs seront testées les mêmes unités génétiques (à quelques exceptions près) ce qui permettra d’estimer à l’échelle du territoire, les limites climatiques de chaque essence.

Des projets de recherche précédents ( NOMADES, REINFFORCE,…) ont aidé à choisir les essences testées. Elles ont été choisies pour leur potentiel d'adaptation aux conditions climatiques du territoire du Haut-Languedoc.

Les unités génétiques testées au sein des arboretums sont les suivantes :

Nom scientifique Nom vernaculaire Nom scientifique Nom vernaculaire
Abies alba Sapin pectiné Pinus pinaster Pin maritime
Abies bornmuelleriana Sapin de Turquie Pinus pinea Pin pignon
Abies cephalonica Sapin de Céphalonie Pseudotsuga menziesii Douglas origine Luzette
Abies nordmanniana Sapin Nordmann Pseudotsuga menziesii Douglas origine Californie
Castanea sativa Châtaignier Quercus canariensis Chêne africain
Cedrus atlantica Cèdre de l'Atlas Quercus cerris Chêne chevelu
Cedrus libani Cèdre du Liban Quercus faginea Chêne du Portugal
Celtis australis Micocoulier de Provence Quercus petraea Chêne sessile
Fagus orientalis Hêtre d'Orient Quercus pubescens Chêne pubescent
Fagus sylvatica Hêtre commun Quercus suber Chêne liège
Pinus laricio corsicana Pin Laricio de Corse Robinia pseudoacacia Robinier faux-acacia
Pinus nigra salzmanii Pin de Salzmann Sorbus domestica Cormier

Liste des unités génétiques testées dans les arboretums

Un suivi de la croissance et de la mortalité des plants sera réalisé par le CRPF Occitanie sur une période de 10 ans minimum. Il permettra d’étudier l’adaptabilité des différentes essences testées aux climats observés sur le territoire du Haut-Languedoc.


Les plantations mélangées

De nombreuses études scientifiques ont démontré que le mélange d’essence pouvait être favorable à plusieurs niveaux. Certains peuplements mélangés ont une consommation en eau différente en quantité ou en saisonnalité par rapport à des peuplements purs. La biodiversité augmente avec le nombre d’essences arborées dans un peuplement. Les peuplements mélangés peuvent également présenter une sensibilité moindre aux problèmes sanitaires comparés aux peuplements purs ; ceci est notamment dû au fait que les ravageurs repèrent moins facilement leurs arbres hôtes. Une augmentation de la productivité globale du peuplement a aussi été observée dans le cas de certains mélanges.

Cependant les interactions entre les espèces sont complexes et méritent d’être étudiées à l’échelle locale. Dans cette optique une dizaine de plantations mélangées vont être réalisées sur le territoire, chez des propriétaires volontaires.

Sur ces essais, des témoins de chaque essence seront mis en place afin de comparer la croissance entre le peuplement mélangé et le témoin pur.

Tout comme les arboretums, les plantations mélangées seront suivies à long terme par le CRPF Occitanie afin d’étudier leur dynamique ainsi que les données de croissance du peuplement.

Installation d'une plantation mélangée à Cassagnoles (Constance Proutière - Pnr HL)


Les itinéraires sylvicoles

Le dernier volet de ces actions concerne les itinéraires sylvicoles. Différents itinéraires sylvicoles vont être testés sur dix sites où se trouvent des peuplements d'âge variable.

Les objectifs de ces itinéraires sont de :

  • Moduler la consommation en eau du peuplement afin de réduire sa vulnérabilité face aux événements climatiques extrêmes.
  • Atténuer les risques climatiques en favorisant les individus résistants ou résilients, en diversifiant la structure du peuplement ou en introduisant des essences complémentaires.
  • Favoriser la régénération naturelle et le brassage génétique afin d’exploiter les éventuelles adaptations génétiques de l’espèce.
  • Préserver l’habitat naturel et la diversité biologique qui le compose.

Économiser l'eau (peuplements jeunes)

Afin de limiter les besoins en eau des parcelles forestières, nous allons observer l'effet d'un régime d'éclaircie plus fort (avec ou sans élagage) que celui réalisé habituellement sur le territoire. Cela sera testé sur des essences comme le douglas, le cèdre, le sapin de Nordmann et le mélèze. Diminuer la densité d'arbres à l'hectare permet aux forêts de consommer moins d'eau pour une surface équivalente. Ces tests pourront comparer une éclaircie sélective "classique" et un détourage des arbres d'avenir.

Atténuer les risques et favoriser la régénération naturelle (peuplements matures)

Lorsque les peuplements sont plus âgés, il devient risqué de faire des éclaircies fortes qui peuvent nuire aux arbres en place. Dans ce cas de figure, nous allons tester des modalités d' irrégularisation, en favorisant la régénération naturelle par des trouées ou en y plantant des essences d'enrichissement. Sur des essences comme le douglas, le sapin pectiné ou le châtaigner, des éclaircies sur critères sanitaires viseront à déclencher ou poursuivre la régénération naturelle à partir de semenciers sains ou résilients.

Préserver les habitats naturels

Afin d'aider à la conservation et à la régénération de l'habitat d'intérêt communautaire "hêtraie atlantique acidiphile à houx" ( HIC 9120), deux sites ont été sélectionnés pour tester des interventions. Les éclaircies réalisées viseront à pérenniser l’habitat (équilibre entre les différentes strates) en travaillant sur l’état sanitaire ou sur la régénération (trouées, avec crochetage ponctuel du houx s’il constitue un obstacle).


Suivi des dispositifs expérimentaux

Étant donnée la vitesse de croissance des arbres, les résultats des tests d'itinéraires sylvicoles ne seront pas exploitables immédiatement. Il a donc fallu mettre en place un suivi des parcelles, afin de déterminer l'impact de nos expérimentations sur la vitalité du peuplement, le risque incendie, le stockage du carbone et la biodiversité.

Suivi de la vitalité du peuplement

Sur tous nos dispositifs, nous allons suivre la vitalité du peuplement, c'est-à-dire selon les cas :

  • la croissance et la mortalité des plants ;
  • la réussite de la régénération naturelle ;
  • la santé des arbres en place.

Avec l'accord des propriétaires des sites concernés, ce suivi sera réalisé par le CRPF Occitanie, annuellement au début puis tous les cinq ans.

Suivi du risque incendie

Certains itinéraires sylvicoles que nous testons visent à enclencher une irrégularisation au sein des peuplements, ce qui modifiera la stratification verticale et pourrait potentiellement augmenter le risque de propagation des incendies. A l'inverse, nous testerons aussi des plantations mélangeant des feuilles et des résineux, qui auront une inflammabilité plus faible que des peuplements de résineux purs. Afin de mesurer l'impact de nos pratiques sur le risque incendie, un suivi spécifique sera réalisé au fil du temps.

Suivi de la séquestration du carbone

Nous évaluerons aussi si les itinéraires sylvicoles testés modifient la quantité de carbone séquestré par les peuplements. Il est prévu d’utiliser notamment l' outil Climafor du CNPF, qui permettra d'estimer l'évolution du stock de carbone dans le temps à partir des données dendrométriques recueillies pour le suivi de la vitalité du peuplement.

Suivi de la biodiversité

Enfin, nous mesurerons l'impact de nos interventions sur la biodiversité en suivant sur le long terme la présence, l'abondance et la diversité de plusieurs groupes d'organismes :

Inventaire des oiseaux d'une parcelle de hêtraie atlantique acidiphile à houx avec la LPO Hérault (Juliane Casquet - Pnr HL)

Dernières actualités

Suivi de la biodiversité des essais sylvicoles

Suivi de la biodiversité des essais sylvicoles

Après la flore cet été, nous attaquons maintenant le suivi de la faune de nos essais sylvicoles.

Lire la suite

Contribution au symposium européen "Adapting forests to climate change"

Contribution au symposium européen "Adapting forests to climate change"

Porteurs de projet, plus que quelques jours pour soumettre votre résumé en ligne ! Vous avez jusqu'au 31 août 11h59 pour inscrire votre projet sur la page dédiée en cliquant ICI.

Recherche

Newsletter